Voyage au phare

En avril de l’année dernière, CycyX, un membre du forum CFM, vendait une partie de ses stocks. Profitant de l’opportunité, je mettais la main sur un phare démontable imprimé en FDM, pour un prix vraiment modique.

Avec une voleuse pour l’échelle… il est vraiment grand !

Cependant, le rendu FDM ne me plait pas trop, et certains éléments du modèle ne ressortaient vraiment pas bien à mon goût : le toit, la casemate d’entrée dans le phare et le ponton. Il me fallait donc refaire ça, ainsi que retravailler les rochers de la base sur lesquels les stries d’impressions faisaient vraiment trop artificielles.

Le haut

Pour commencer, je me suis attaqué au toit et à la partie haute, en faisant une première tentative de refaire les tuiles pour le toit.

En voyant cette première proposition, Igor me fit remarquer que ça ne fonctionnait pas du tout, qu’il valait mieux tout refaire.

Qu’à cela ne tienne, je m’attaquait donc à refaire ce toit entièrement, en commençant par une structure en carton fin et son support. Travail assez simple en démarrant par la découpe de 6 triangles isocèles identiques, attachés entre eux par un bout de papier collé à la colle à bois diluée à l’eau. Pour le support, en m’appuyant sur un gabarit en carton aux bonne dimensions, j’ai fait une structures en bois à base d’allumettes géantes trouvées au supermarché d’à côté.

Une fois la structure posée, il me fallait des tuiles pour la recouvrir. Avant ça, et en m’inspirant de la pièce d’origine, j’ai recouvert de bois la structure, avec des morceaux de balsa de 2 mm d’épaisseur (reste d’une planche dans mon stock de trucs pour décors), sur lesquels j’ai gravé les planches et les stries du bois avec la pointe d’un vieil outil de sculpture. J’ai reproduit les dégâts de la pièce d’origine, afin de m’intégrer au mieux avec le décor existant.

Et j’ai ensuite recouvert le tout de tuiles découpées dans du carton, puis de tuiles découpées à la perforatrice adaptées pour les jointures entre les pans de toit.

Pour fabriquer les tuiles, j’ai utilisé de vieilles cartes de visites texturées qui me restaient d’un précédent boulot :

J’ai choisi de poser les tuiles une par une pour éviter la régularité d’une bande de tuiles tenues entre elles… c’est plus long, mais le résultat est bien meilleur (à mon goût).

A la fin de ce travail, j’avais un joli toit bien plus convainquant que la pièce initiale. J’ai terminé en découpant un bout de carton circulaire pour la pointe du toit, puis en passant de la colle à bois diluée sur la totalité du toit pour rigidifier et protéger le tout.

En même temps que je refaisais le toit, j’ai refait le plancher de cette pièce, car là aussi, le rendu de l’impression 3D ne me convainquait pas. J’ai simplement découpé des touillettes aux bonnes dimensions, et collées par dessus le plancher existant (après l’avoir arasé). J’ai aussi pris le parti de ne pas garder le réceptacle pour le feu, afin de permettre à 2 ou 3 figurines de se positionner sur l’espace dégagé.

La casemate et la base

Maintenant que le haut était fait, je pouvais m’attaquer à la partie basse, sur laquelle il y avait beaucoup à faire, mais bien plus simple que ce toit.

J’ai commencé par découper la porte et le ponton, avec un disque à découper monté sur ma mini-perceuse. Puis j’ai refait la casemate en balsa et allumettes, ensuite recouvert de tuiles comme le toit.

En parallèle, j’ai fixé les 4 morceaux de la base entre eux et sur une plaque de carton, que j’ai ensuite coupée en suivant les bords de la base. Tout ça à la cyano… n’oubliez pas d’aérer votre pièce quand vous faite de gros collages à la cyano comme ça !

J’ai ensuite repositionné le premier segment de la tour sur la base, en enlevant les deux picots qui servaient à la positionner pour pouvoir la mettre plus en retrait et dégager ainsi de l’espace sur le devant pour pouvoir mieux y placer des figurines.

J’ai refait l’escalier en découpant un bout de polystyrène au cutter et en le texturant avec une boule de papier alu, j’ai positionné un morceau de plaque texturée de mon stock (j’en ai plusieurs ainsi en stock, faites en plastiroc avec des rouleaux texturés). Puis j’ai ajouté des débris, des pierres, sur les éboulis. Pierres faites en polystyrènes elles aussi.

Entre les deux, je testais aussi un mélange pour sous-coucher constitué de peintures acryliques noires et marron, de colle à bois et d’eau. Ce qui explique pourquoi certaines parties sont peintes en cours de route.

Puis je suis passé à la peinture, très classique à base de lavis et brossages à secs, en veillant à varier les teintes des pierres. Les mêmes techniques que pour la cave des nains.

Et un test avec une partie de ma bande pour Frostgrave pour m’assurer que c’est bien jouable.

Les photos finales !

Et voilà ce décor enfin terminé. J’y ai travaillé vraiment par intermittence, entre deux projets. Il a donc mis longtemps à être terminé, entre sa réception et les photos finales, il s’est passé 6 mois.

Depuis, il nous a déjà servi plusieurs fois pour les parties découvertes de Frostgrave.

Terminer ce décor a été une grande satisfaction, et j’ai maintenant envie de m’attaquer à plus de décors encore… j’espère pouvoir en faire plus cette année !

2 Comments

  1. Teebirder
    6 avril 2022
    Reply

    Superbe travail ! Savez-vous de quel marque est le phare ? chez qui peut-on trouver les fichiers stl ? Bien ludiquement.

    • 12 avril 2022
      Reply

      Non, je ne sais pas, c’est un phare que j’ai récupéré déjà imprimé. Je ne sais pas d’où sort ce modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.