[Showcase] DOOM, le jeu de plateau, part. 1, les humanoïdes

Cette semaine, je vous présente la première partie des figurines de “DOOM, le jeu de plateau seconde édition”, édité par FFG / Edge France. Figurines peintes il y a un an environ.

Je ne suis pas expert du jeu vidéo, n’ayant guère joué qu’à la première, et mythique, mouture. Je parle bien ce celle-ci :

Admirez la fluidité et la précision du graphisme 🙂

Mais que de souvenirs ! En découvrant (par hasard) l’existence du jeu de plateau, d’abord intrigué, j’ai commencé à regarder de plus près. Ayant lu de bonnes critiques, j’en ai fait l’acquisition pour jouer avec Madame.

Côté jeu, si les mécanismes du jeu sont très bien pensés, les scénarios ne sont franchement pas équilibrés et cela nuit certainement au plaisir du jeu. Il faudrait retravailler ça pour l’équilibre, mais je ne maîtrise pas assez le jeu pour tenter l’expérience. Et nous avons imaginé un système de rangement pour accélérer la mise en place, notamment en triant les armes des marines dans des sachets : une arme par sachet, son pion et ses cartes. Cela nous évite la phase de tri à chaque mise en place.

Côté figurines, c’est du monobloc dans un plastique (un peu) souple, avec pas mal de détails pour de la figurine de jeu de plateau. Ce plastique est une horreur à travailler pour enlever les lignes de moulage, heureusement, elles sont bien positionnées et ça passe sans trop de travail.

Après quelques parties couleur plastique, et après quelques erreurs de jeu en confondant les figurines, j’ai décidé de peindre tout ça. Au début, j’avais pensé ne peindre que les marines… mais c’est nul un jeu à moitié peint ! Du coup, c’est parti pour la boîte complète. C’était à peu près en même temps que la sortie de la gamme Contrast de Citadel. Une belle occasion de tester la gamme et de m’essayer au speed painting. L’objectif étant de peindre la boîte en un mois (et ce fut fait).

Pour commencer, j’ai sous-couché toutes les figurines en noir, puis passé un zénithal blanc bien appuyé, tout ça avec les peintures sous-couches de chez Vallejo/Prince August. Quelle galère le blanc ! Depuis, j’ai adopté le gris clair, qui est tellement mieux, ne crachote pas et fait une très bonne base pour une peinture à la Contrast.

Commençons donc par les héros (hérauts) du jeu : les Marines. Il y en a 4 dans la boîte, chacun avec une arme spécifique (juste pour la décoration, dans le jeu ils ont toutes les armes possibles).

Des figurines sympa à peindre. Le blanc a été peint en partant sur une base blanche, une couche de Contrast Basilicanum Grey dilué à 50% avec du medium Contrast, puis je suis revenu avec du blanc pour ré-éclaircir tout ça. Pour le reste, c’est du standard, les sacoches étant faîtes en Contrast Snakebite Leather, une application et c’est tout. Pendant toute la peinture, j’avais les illustrations des cartes sous les yeux, notamment pour positionner les touches de couleur.J’ai repris les couleurs des cartes, afin de faciliter la lecture du jeu sur la table.

J’ai peint des hazard-stripes le tour du socle pour pouvoir bien les identifier sur la table de jeu. Et puis parce que j’adore ce modif noir et jaune. Et surtout, c’était pour les différencier des soldats possédés.

Quelle galère à peindre ceux-là ! Enfin, c’est surtout la répétition du même sur 8 figurines, avec beaucoup de détails. Et probablement aussi parce qu’ils ont été parmi les derniers à être peints. J’ai essayé de varier les couleurs pour éviter la monotonie. Pour la peinture elle-même, c’est la même recette que pour les marines, avec du Contrast Guilliman Flesh pour la peau.

Les premiers que j’ai peint ont été les diablotins. 9 fois la même figurine… c’est lassant, mais avec un schéma simple, ça va vite.

Peinture rapide et la plus simple possible, avec comme d’habitude chez moi pour tout ce qui est démon ou surnaturel : les yeux verts fluo. Pour la peau, c’est du Contrast Blood Angel Red, avec un lavis en plus, je ne me rappelle plus lequel (Strong Tone de chez Army Painter probablement).

Et pour finir cette première partie d’humanoïdes, ceux qui commencent sérieusement à virer démon : les revenants.

Figurines rigolotes à peindre, avec des détails amusants comme ces câbles qui passent un peu partout. Pour bien contraster sur la peau rouge, je les ai peints en vert vif. Le bleu des armes est fait avec une couche de blanc et un lavis de bleu clair. Ce modèle est instable et a tendance à tomber vers l’avant, c’est agaçant.

Et voilà qui conclut cette première partie, la suite très bientôt.

… À suivre

Un commentaire pour “[Showcase] DOOM, le jeu de plateau, part. 1, les humanoïdes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut