[Showcase] Pandemonium

Encore un projet ambitieux pour moi réalisé pour le défi de mai 2020 sur le forum CFM : “Ma palette, c’est de l’art”.

Je me suis inspiré du tableau Pandemonium de John Martin.

J’ai eu l’occasion de voir ce tableau lors d’une exposition au Musée d’Orsay, il y a quelques années. Comme souvent, voir le tableau en vrai est bien plus saisissant que sur un écran.

Pour aller un peu plus loin dans ce défi, j’ai souhaité faire un petit diorama inspiré du tableau aussi dans sa thématique. Et pour ce faire, j’ai ressorti des cartons de vieilles figurines de chez Rackham que j’avais acquises il y a presque 20 ans et qui dormaient tranquillement depuis : Arkeon Sanath et deux Piliers de la Miséricorde.

Toute la difficulté de l’exercice était d’utiliser la même palette de couleur que le tableau, composée uniquement des couleurs chaudes.

Un petit détour sur les contrastes en peinture sur figurine, qui sont très bien décrits dans cette vidéo de A.S. Miniature : il existe 5 types de contrastes, que je ne détaillerai pas ici, allez voir la vidéo.

  • Contraste de lumière, utilisé par exemple dans la peinture en clair-obscur
  • Contraste de chaud-froid
  • Contraste de couleur
  • Contraste de saturation
  • Contraste de matière

Pour mon projet, j’ai été obligé d’écarter 2 types : le contraste chaud-froid et le contraste de couleur… les contrastes les plus accessibles. Ce qui m’a amené à beaucoup réfléchir et bien observer le tableau pour savoir comment retranscrire l’ambiance et utiliser la palette de couleurs.

Une chose qui m’est assez rapidement venue, c’est l’opposition entre deux parties du tableau : le château au fond, dans les tons beige-orangé, et le fleuve de lave au premier plan, dans les tons rouges et noir, avec des pointes de jaune. Il me fallait donc retranscrire cette opposition sur le diorama. Opposition renforcée par le contraste entre le chaos de la lave et l’aspect bien fini, stable, du bâtiment. Avec une transition entre les deux par l’escalier qui s’effondre lentement dans la lave.

J’ai donc traité les deux parties de manière autonome : les murs et sols du bâtiment d’une part, et la lave d’autre part.

Pour les murs, j’ai peint à l’aérographe un dégradé de beige clair jusqu’au marron foncé, puis un brossage à sec en beige très clair sur la totalité. J’ai utilisé les teintes suivantes de chez Prince August : Ivoire, Sable clair, Orange, Ombre brûlée, Noir, en faisant différents mélanges, en partant du plus foncé. Plus j’éclaircissais, plus je diminuais la surface et j’orientais l’aérographe de manière à diriger le flux dans l’axe de la lumière.

Pour le brossage à sec, je l’ai fait en mélange d’Ivoire et de Sable Clair, en testant un pinceau pour maquillage. Faut que je creuse encore cette piste prometteuse, ces pinceaux pour maquillage semblent idéal pour ça. Je n’ai pas eu cette idée tout seul, je l’ai vue dans cette vidéo de Dana Howl et elle m’a été rappelée par Lockart sur le forum CFM (allez regarder ses peintures pour le jeu Nemesis ;-)).

Puis j’ai passé une couche de Gryffhound Orange de la gamme Contrast de chez Citadel sur l’ensemble du bâtiment pour renforcer l’aspect orange du bâtiment. Au final, j’obtiens à peut près ce que j’avais en tête, pas très saturé.

Pour la lave, le travail a été plus fastidieux, car partant de la base noire et rouge foncée posée à l’aérographe, il m’étais difficile d’obtenir une belle saturation pour le rouge et le jaune. J’ai donc passé plusieurs lavis de blancs sur les parties lave, puis j’ai passé des glacis de Jaune d’Or PA, et enfin j’ai terminé en divers brossages à sec de rouge, puis un passage d’encre rouge PA pour enlever le côté rosâtre que j’avais.
Pour les rochers, j’ai passé plusieurs lavis de noir (en fait, simplement du noir très dilué).

Depuis que j’ai expérimenté le NMM, j’essaie de l’utiliser au maximum sur mes projets sérieux (c’est à dire pas les armées pour le jeu). Du coup, j’ai traité la herse très simplement avec un vieux pot de Armour Wash de Citadel, puis un lining simple en beige orangé. Peut être mériterait-elle plus de travail ?
On m’a suggéré de mettre de la rouille dessus, mais ça ne collait pas avec l’idée d’avoir un bâtiment nickel (malgré l’escalier qui s’effondre… encore une manière de faire un contraste).

Puis j’ai terminé le travail par la peinture de la figurine. J’appréhendais beaucoup ce travail car je ne maîtrise pas encore le NMM et la contrainte de palette limitait les possibilités de jouer sur les contrastes… il me fallait donc être bon sur les autres contrastes 🙂
Pour la peinture des textiles, je me suis très inspiré de ce tuto de Minisocle.

Rien de particulier à dire sur cette étape, ou alors il faudrait un article complet et cet article est déjà bien long !

2 commentaires pour “[Showcase] Pandemonium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut