[Showcase] Restes de bataille

En faisant un peu de rangement dans mon fourbi, je suis tombé sur ces décors que j’avais fait imprimés par Eskice Miniatures il y a plusieurs années, pour voir ce que donnait l’impression 3D encore peu répandue à l’époque.

Je vais casser tout suspense dès maintenant : je n’aime pas beaucoup le rendu de l’impression par dépôt de filament. Le rendu est trop texturé et demande trop de travail pour le rendre présentable. Mais bon, en l’occurrence ici, pour des épaves sur un champs de bataille, ça passe.

L’épave de Rhino

Pour commencé, j’ai appliqué du mastic à maquette pour tenter de lisser les surfaces, ce ne fut pas simple, surtout avec un vieux mastic à moitié sec.

Ensuite, j’ai surtout refait les sols avec les mêmes techniques que pour les socles du reste de mon armée, à savoir : pâte à bois, graviers, bits ici et là et morceaux de liège. J’ai aussi ajouté beaucoup de pièces de Rhino que j’avais dans mes rabiots, pour la rapprocher encore plus des maquettes officielles, notamment les portes de la trappe et une tourelle avec un SM à moitié sorti ainsi que la cloison intérieure (même si ça ne se voit pas).

Côté peinture, j’ai appliqué les mêmes recettes que pour mes autres véhicules, sans les lavis à l’huile qui ne me semblaient pas adaptés à ces surfaces si texturées. J’ai posé à peu près toutes les couleurs à l’aérographe avant de retravailler le tout avec beaucoup de lavis et de linings.

Une bonne base de travail.

Les hazard-stripes ont été faites à main levée au pinceau. Avec un tips pour un jaune couvrant : mélanger du jaune vif avec du Sable Clair de chez PA, ce dernier étant bien couvrant, il facilite grandement le travail. Après une première couche sèche, une couche de jaune seul pour raviver la couleur et voilà.

Et j’ai utilisé plus de variétés de pigments pour le sol que d’habitude : pour les socles de l’armée, j’utilise de “terre de sienne brûlée”, ici j’ai en plus utilisé du “terre d’ombre brûlée” et du “terre de sienne naturelle” (toutes de vieille référence de chez Libéron, qui n’existent plus aujourd’hui).

Le land-speeder écrasé

Comme vous l’avez peut être remarqué, j’adore les land-speeders. Donc quand je suis tombé sur le fichier STL de ce modèle, j’ai su qu’il me le fallait.

Comme pour le Rhino, j’ai beaucoup retravaillé les surface pour les lisser un peu, et j’ai refait tout le sol pour quelque chose qui s’intègre plus avec le reste de mon armée. Ici, je voulais donner l’impression qu’il s’est écrasé sur une portion de route et l’a complètement explosée.

Le liège, ce grand allié !

Et comme pour le Rhino, j’ai commencé par poser les bases à l’aérographe.

Vous pouvez apercevoir en teasing de futurs projets…

Puis j’ai travaillé comme pour le Rhino, en essayant d’avoir un fort contraste sur les morceaux de bitume, clairs en haut et très sombre en bas. J’ai aussi peint des lignes de circulation (en jaune), pour indiquer qu’il s’est bien écrasé sur une route.

Ces deux épaves ont donc trainé bien des années avant que je les passe sur l’atelier. Et maintenant, j’en suis bien content, plus ça va, plus j’aime faire des décors. J’ai pas mal de trucs en stock, dont le kit de navette écrasée de la boîte “bataille pour Maccragge”. Il faudra que je m’y mette un de ces jours !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.